/!\ Forum Yaoi interdit aux moins de 18 ans /!\

Partagez|

\\ And I like the way you HURT inside // [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 4
Date d'inscription : 11/11/2014
MessageSujet: \ And I like the way you HURT inside // [En cours] Jeu 13 Nov - 22:31



Jorel A. Ragan


Nom ► Ragan
Prénom ► Jorel Aaron
Âge ►18 ans.
Sexualité ► Hétérosexuel, et cet endroit va me rendre fou !
Groupe ► Power
Métier ► Ecole...
Pouvoir ► Do you want to see ? Je peux contrôler les plantes, leur croissance tout particulièrement. Je ne vois même pas l'utilité de ce pouvoir... Je comptais pas devenir jardinier.


Caractère
250 mots minimum pour le caractère. Décrivez ce qu'il aime ou non, dites si il a des tics, des phobies...


Physique
250 mots minimum pour le physique. Grand, petit ? Athlétique, rondelet ? N'hésitez pas à décrire.


Histoire

"I used to be Lovestruck, now I'm just f*cked up !" To fall in love is just foolish, and painful. I understand it now...
So please, let me forget everything about you !

Lorsqu'une vie est faite de miracle, en est-elle pour autant magnifique ? Si c'est le cas, alors pourquoi ton visage ne transmet-il que de la souffrance ? Dis-moi, qu'elle est la raison de ces larmes que tu caches ? As-tu décidé de ne plus te battre ? Tu as déjà choisis de te laisser mourir, pas vrai...

Le Premier miracle fut celui de ta naissance. Qui aurait crû que cela arriverait ? Ton père avait pourtant été déterminé stérile par la médecine... Quelle bonheur emplis votre foyer lorsque ta mère annonça la grande nouvelle ! Ton père était un homme simple. Il vivait sous le seul principe de ne jamais chercher à avoir plus alors que l'on peut très bien vivre de ce que l'on possède, cela surpris tous son entourage lorsqu'il décida de s'engager à celle qui te donna la vie. Elle était semblable à la rose, un sourire charmant, de longs cheveux noirs légèrement ondulés s'étalant le long de ses hanches dans un mouvement souple et gracieux,  ô elle était belle !  Ses épines n'avaient pas alerter celui qui fût son futur mari. Une femme aussi élégante ne supporterait pas de vieillir, de changer. La politique de satisfaction de son conjoint ne la menait qu'à sa perte, il était respectueux... Il l'aimait. Elle était parfaite, elle aimait ça. Avant que la fleur ne fane, elle ferait tout pour se sentir encore plus belle, son mari ne suffisait plus. Elle voulait être plus aimée encore. Et c'est ainsi que tu vins au monde ! Elle n'avait pas prévu de tomber enceinte suite à son adultère... Ton paternel disparu, il ne sût peut-être jamais qu'il avait un fils. Elle avait l'impression de dépérir, cet être la dévorait de l'intérieur ! "Avorter ? C'est si sale !" Avait-elle souvent entendu lors de banales conversations avec ses amies. Elle ne désirait pas être sale, alors elle avoua à ton père qu'elle était enceinte, taisant  les secrets blessants et honteux, Ô quel beau miracle ce fut ! Il était si heureux, si naïf. Lorsqu'il te prit pour la première fois dans ses bras, il baisa ton front, soupirant du bout des lèvres : "You're my christmas gift... Little piece of miracle."

Le Second miracle fut celui de ta richesse. Cela faisait 9 ans que tu étais venu au monde. Noël approchait, ton anniversaire par la même occasion. Quel enfant gâté par son papa ! Depuis que tu étais arrivé dans sa vie, sa politique n'était plus la même : "Rien n'est de trop pour nourrir le bonheur de ma famille." quel étrange retournement. Ta mère ne s'en plaignait pas, elle se sentait à nouveau riche et jouissait des cadeaux de son mari. Quel beau ménage. Tu ne demandais jamais rien de trop extravagant, tu préférais jouer dans le jardin seul plutôt qu'à la console avec des amis, tu t'occupais souvent du beau rosier de maman. Amis ? Tu en avais peu. Ta famille était suffisante, ton papa te l'avait enseigner. Mais dépenser sans compter était dangereux, ton père n'était que fonctionnaire, il gagnait suffisamment pour vous entretenir, mais certains caprices de ta  mère coûtait beaucoup plus que ce qu'il pouvait dépenser. Alors ton père pris l'habitude de jouer au jeu de hasard ! Après tout, il était si chanceux, lui qui était stérile avait pu donner la vie ! Gagner un peu d'argent ne serait rien à côté de cela, pas vrai ? Tous les soirs tu l'accompagnais faire ses jeux, et de temps en temps tu jouais toi-même. Les numéros utilisés étaient toujours laissé au hasard. Le jour de Noël arriva assez vite, tu avais alors atteint tes 9 ans, et la neige qui tombait en ce jour semblait te souhaiter une douce année. Depuis quelques semaines, ton père semblait assez nerveux. L'argent dont il disposait n'étais pas suffisant pour t'offrir quoique ce soit d'extraordinaire à ton anniversaire ! Quelle honte. Il se blâmait, se renfermait un peu plus chaque jour. Comment pouvait-il se montrer face à sa femme si parfaite, comment pouvait il même imaginer approcher son petit miracle, s'il n'avait rien à leur offrir. Toi, tu le cherchais, tu voulais le voir. Tu avais l'impression qu'il t'évitait... Cela te rendait particulièrement triste. Dis papa, pourquoi ne veux-tu pas voir ton fils ? Est-il si misérable ? Quel beau ménage. Tu ne voyais rien, tu était trop jeune, trop gâté, tu ne pouvais pas comprendre que ta famille était pourrie. Ah, quel beau couple que tes parents. Ta douce mère n'avait jamais vraiment arrêter d'être insatisfaite, de temps en temps elle rentrait très tard le soir, ton père la pensait chez des amies à bavarder. Ton père trop peu dégourdi, ressemblait à un enfant, capable de réflexion mais incapable d'agir, être bon n'est pas toujours un avantage. Oh ! Mais tout s'arrangea ! En regardant la télévision dans le salon aux côté de ta mère, tu te rendis compte que tu avais gagné beaucoup d'argent au jeu auquel tu jouais avec ton papa ! Ainsi, peut-être t'aimera-t-il à nouveau ?

Le Troisième Miracle fut celui de ton don. A tes 16 ans, alors que tu soignais avec tendresse les roses de maman, tu te coupas le doigt avec une des épines de la tige. Observant le sang lentement couler le long de ton index, presque indifféremment. "Ça pique..." Marmonnas-tu seulement en regardant à nouveau la fleur face à toi, ton sang avait pourri sa perfection. Maman n'allais pas être contente ! Elle criait toujours lorsque son rosier était mal entretenu. Tu oubliais très vite la douleur, bien trop apeuré par la colère de ta mère. Tu te mis a chercher n'importe quel moyen pour enlever le sang, t’écorchant à chaque fois plus les mains alors que tu te frottais à la plante, plus tu cherchais à effacer ton erreur et plus ton sang s'y répandait. Tu ne pu retenir tes larmes alors que la douleur se faisait plus intense. Était-ce tes mains ou ton cœur qui saignait ? Soudain tu poussas un cri de rage, de désespoirs. Tu haïssais l'hypocrisie de ta famille. Tu n'étais plus cet enfant bien trop aveugle pour réaliser les travers de ses parents. Ton père n'était qu'un pauvre homme, être gentil n'apportait rien, depuis qu'il avait autant d'argent il semblait aussi dépendant que ces fous dans les films à la télévision. Il  t'offrait bien trop de chose inutile, alors que tout ce que tu désirais était d'être dans ses bras, de sentir comme le jour de ta naissance son souffle sur le haut de ton crâne. Quelle horrible douleur d'aimer quelqu'un d'aussi détestable. Tu étais assez vieux pour comprendre que ta vie n'était pas un miracle, bien au contraire. Ta mère était un jour rentré à la maison avec un homme autre que ton père, elle n'avait pas prêté attention à son fils qui l'observait alors qu'elle embrassait fougueusement l'étranger. Quelle honte d'être la progéniture d'une telle tromperie. Savoir aussi jeune que tu étais une erreur t'avais seulement fais plus solitaire que tu ne l'étais. Tu n'avais aucune preuve de tout cela, mais tu était intelligent, tu aurais aimer être stupide. Plus tu avançais, plus te regarder dans le miroir était dur. Ce mal-être dans lequel tu vivais devenait insoutenable, tu voulais fuir. Tout quitter. Quitter ce monde si douloureux, tu n'avais que 16 ans, mais ton cœur pleurait un siècle de souffrance. Tout ces cadeaux n'étaient pas pour toi, ils étaient pour le fils que ton père aurait voulu avoir. Jamais ta mère ne t'as prise dans ses bras. Quand était-ce la dernière fois que quelqu'un t'avais serré tout près de son cœur ? Tes larmes se déversaient comme un torrent de colère, tu haïssais tout cela. Ce faux paradis, cette grande demeure dans laquelle tu étais forcé de sourire, quelle adorable portrait de famille. Où étaient-ils alors que tu souffrais, que tu pleurais, dans ce grand jardin ? Tu te perdis à crier toute ta souffrance, seul, perdu au milieu de ses milliers de fleurs inertes. Tu détestais tout ça. Mais tu te détestais encore plus. C'est alors que toutes les plantes t’entourant se sont mis à réagir à ta colère, toutes les jolies roses se mirent à faner, leurs fragiles pétales aux couleurs de feu devinrent sèches et putrides. Puis tu t'évanouis. Lorsque tu rouvris les yeux, tu étais étendu dans une pièce aux murs aussi blanc que la main que tu portas à ton visage. C'était une chambre d’hôpital. A ton réveil, tes parents entrèrent dans la pièce avec hâte. Quelle égoïsme d'être heureux de les voir inquiets pour toi. N'était-ce pas horrible ? Horrible de jouir de l'air terrifié qui apparaissait sur leurs visages ? C'est étrange. Ta mère ne cria pas pour ses plantes, ton père ne vint pas avec un cadeau débile. Non, ils te prirent simplement dans leur bras. Cette chaleur t'avais manqué... Mais qu'est-ce qu'il s'était passé ? Pourquoi semblaient-ils aussi aimant tout à coup. Ça ne leur ressemblait pas. "Jorel ! Que s'est-il passé ? Qui est le monstre qui t'a fais ça ?" tu regardais ton père confusément, quel monstre ? De quoi est-ce qu'il parlait, tu étais seul lorsque c'était arrivé. "Seul un monstre a pu blesser ainsi un enfant et saccager mon jardin !" s'écria alors ta mère, en caressant tes cheveux ébènes. Mais tu t'étais blessé tout seul... Et ce jardin.. C'était ta haine qui l'avait détruit, non ?

_Je ne comprends pas.


Fut tout ce que tu pu répondre. Quelques jours passèrent et tu pu rentrer chez toi, le médecin te dis que dans quelques temps il te faudra passer un certain test pour déterminer ce qu'il s'était réellement passé ce jour là. Mais tu redoutais ce test. Au fond de toi, tu sentais que tout cela n'était pas normal. Tes parents semblaient avoir pris conscience de ta valeur, ils t'embrassaient, te réconfortaient, et cela parce qu'ils avaient eu peur de te perdre, c'était parce qu'un monstre les terrifiait qu'ils t'aimaient un peu plus. Quel sentiment dérangeant que de douter de soit-même, mais tu y étais en quelque sorte habitué. Enfin tu fus déclarer comme l'un d'eux. Ces garçons possédant un pouvoir élémentaire. On t'assigna un bracelet que tu devrais désormais porter... Tu étais différent. Tes parents n'en revinrent pas. Ils n'avaient jamais rien eu contre ces êtres un peu différents, ils n'y avaient jamais vraiment prêtés attention. Ce miracle finit de détruire ta famille. Ta mère avait peur de toi, elle n'osait plus t'approchait, te voir. "Monstre ! Tu as détruis toutes ces fleurs par ta propre initiative ! Que voyais-tu lorsque tu as tout saccagé ? Tu serais capable de me faire du mal !" te rappelais-t-elle sans cesse. "Tu es réellement un miracle, Dieu t'as accordé un pouvoir si beau !" te berçait ton père. Comme si tu étais encore capable de croire qu'il y a avait quelque chose de bon en toi ! Ta mère n'avait aucun doute sur le fait qu'il fallait t'envoyer dans cette école faite pour les gens comme toi, ton père était contre cette idée. Que deviendrait-il sans son ange ?

Le dernier miracle fut celui d'aimer. Tu l'avais rencontré par hasard, en cours. Elle était si jolie, si pure. Lorsqu'elle t'adressait la parole, ses grands yeux te reflétaient comme tu étais réellement, elle n'avait pas peur de toi. Son doux sourire était la seule chose qui te maintenait en vie. Mais tu n'avais pas le droit de l'aimer. Tu avais appris que l'amour n'était qu'un sentiment méprisable, qui provoque plus de souffrance que de joie. Malgré tout ça, tu ne pouvais t'empêcher de l'observer, l'admirer, tu la connaissais par cœur. Son habitude de se mordre la lèvre lorsqu'elle était nerveuse, le reflex qu'elle avait d'entrelacer ses doigts quand elle ne savait pas quoi dire. Mais tu n'avais en aucun cas le droit de l'aimer. En plus, tu ne devrais pas être là. Cela faisait un an que ton père te gardait à la maison alors que tu devrais être partis pour cette école... L'argent qu'il possédait encore permettant de te cacher lors des traques. Tu ne supportais plus cet étouffement. Tu n'avais aucune raison de rester ici. Pourtant, tu ne voyais aucune raison à aller là-bas non plus. N'utilisant jamais ton pouvoir, tu n'en avais que faire. En réalité, tu n'avais jamais aimer les plantes. Tu ne te considérais pas comme un humain comme les autres... Mais pas non plus comme l'un de ces garçons aux pouvoirs extraordinaires. Tu n'étais ni l'un, ni l'autre. Tu n'étais qu'un monstre.

"Tu n'es pas un monstre. Jorel, tu n'es pas un homme ordinaire, c'est vrai. Tu n'es pas un de ces garçons extraordinaires de par leur pouvoir non plus. Mais.. Je pense que si tu prenais le temps de te chercher un peu plus, tu pourrais voir ce que je vois en toi. Crois-moi, tu es bien meilleur que ce que tu penses !" Et vous vous êtes embrasser. Elle te faisait te sentir différent, à ses côtés tu étais quelqu'un. Vous vous aimiez, elle était la lumière qui te guidait à travers l'obscurité, si elle s'éteignait, tu sombrerais dans les ténèbres.

"Je suis désolée, je te le jure ! Je ne voulais pas. Pardonne-moi, pardonne-moi Jorel !"
Tu l'entendis crier, plus loin, ta vision était flou, les bras qui te tenaient immobile t'empêchaient de la toucher, tu était incapable de l'atteindre. Ta vision se brouillait un peu plus, qu'est-ce qu'il se passait ? Pourquoi ton corps était aussi lourd, tu te sentais partir mais seul le bruit des sanglots de ta bien aimée qui éclataient sur le sol retenait ton attention.

Ce n'était qu'un rendez-vous banal entre vous deux... Vous en aviez eu d'autre. Et pourtant... Celui-ci scella ta destiné. En réalité, cette fille qui t'aimait avait été contacté par des personnes cherchant à t'amener de force à  Brokchaster, ils lui avaient dit que c'était le mieux pour toi, que tu serais pris en charge, que tu apprendrais à utiliser ce don qui te rend spécial. Ils lui avaient dit qu'au milieu de gens comme toi tu te sentirais mieux... Que si elle t'aimait réellement, elle devait te laisser partir, ce que ton père refusait de faire. Elle était jeune, naïve, trop gentille et soucieuse des autres, et elle t'aimait.

C'est ainsi que tu arrivas à  Brokchaster...

Tu ne le su pas mais ton père après avoir appris ta disparition céda à la folie, il faut avouer que les papiers qu'il avait découvert suite aux analyses médicales que tu avais subis avait de quoi le rendre fou, après tout, il n'était pas réellement ton père. Il tua sa femme, la haïssant. Puis il se tua lui-même. Quelle belle famille... Une famille qui depuis toujours avait été nourris par les pêchés. L'envie, la gourmandise, la colère, la luxure, l'orgueil, l'avarice... Réunis en trois êtres.

Maintenant, tu n'avais plus aucune raison de combattre. A quoi bon lutter ? Tu finiras par rejoindre l'armée, et tu mourras sur le champ de bataille, voilà ce à quoi tu étais destiné. Mourir de la main d'un autre homme. Mais tu ne pouvais nier le fait qu'elle te manquait, et que pour voir son sourire à nouveau, tu serais prêt à tuer.



Pseudo ► You can call me "Kohai".
Âge ► Mystère ~
Comment êtes-vous arrivez ici ► Ami sur Facebook.. :3
Code du règlement ►Ok par Andrew
Autre ? ► J'ai la mauvaise habitude de mettre de l'anglais dans mes phrases... Sorry >x<

© Hooper
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Date d'inscription : 02/11/2014

Identité
Numéro-Power: A-147
Pouvoir: Foudre
Inventaire:
MessageSujet: Re: \\ And I like the way you HURT inside // [En cours] Jeu 13 Nov - 23:56

Hétérosexuel. XD
Bonne chance %D.

Bienvenue officiellement :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Date d'inscription : 02/11/2014

Identité
Numéro-Power: F-105
Pouvoir: Contrôle des flammes.
Inventaire:
MessageSujet: Re: \\ And I like the way you HURT inside // [En cours] Ven 14 Nov - 6:41

Hetero '.' rien que ca! X')
Bienvenue officiellement et bon courage pour ta fiche!

○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 94
Date d'inscription : 26/10/2014
Age : 32

Identité
Numéro-Power: A-100
Pouvoir: Air [contrôle des tornades]
Inventaire:
MessageSujet: Re: \\ And I like the way you HURT inside // [En cours] Ven 14 Nov - 7:36

Ooooh c'est pour ça que tu était retissant sur la cb face à mes papouilles //OUT
Bienvenue officiellement et t'inquiète pas pour l'anglais, ça me gêne pas ! ;) (du moment que je n'ai pas à traduire toute une histoire , ça va ! xDD)

○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 4
Date d'inscription : 11/11/2014
MessageSujet: Re: \\ And I like the way you HURT inside // [En cours] Ven 14 Nov - 17:00

Merci à vous ~

Et ouais, hétéro ! C'est quoi ce monde où tous les hommes s'aiment entre eux ! Dx (ça c'est le perso qui le dit, la personne derrière l'écran crie : "BI NON ASSUME VA." ^v^ ... Mais chut *^* )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 94
Date d'inscription : 26/10/2014
Age : 32

Identité
Numéro-Power: A-100
Pouvoir: Air [contrôle des tornades]
Inventaire:
MessageSujet: Re: \\ And I like the way you HURT inside // [En cours] Ven 14 Nov - 18:56

Fufufu~ t'inquiète c'est très intéressant ce genre de personnage %D on va pouvoir lui faire découvrir les joies de l'homosexualité *sort loin*

○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 24
Date d'inscription : 09/11/2014

Identité
Numéro-Power: T-080
Pouvoir: Terre
Inventaire:
MessageSujet: Re: \\ And I like the way you HURT inside // [En cours] Ven 14 Nov - 19:42

Bienvenue mon grand garçon ! O/
Si tu as un bobo, viens me voir le soir... Je te prêterais une couverture... Et un lit... .3.

○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 4
Date d'inscription : 11/11/2014
MessageSujet: Re: \\ And I like the way you HURT inside // [En cours] Sam 15 Nov - 15:29

Andrew > Never ! >^<

Charles > E-Euh... Ty ?

Bon histoire écrite. S'long, et comme c'est écrit d'une traite, doit y avoir des soucis dedans. o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 94
Date d'inscription : 26/10/2014
Age : 32

Identité
Numéro-Power: A-100
Pouvoir: Air [contrôle des tornades]
Inventaire:
MessageSujet: Re: \\ And I like the way you HURT inside // [En cours] Lun 1 Déc - 19:16

Bonsoir ! ^^
Cela fait plus de deux semaines désormais, des nouvelles à nous donner ? ♥
N'hésite pas si tu as des questions !

○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 4
Date d'inscription : 11/11/2014
MessageSujet: Re: \\ And I like the way you HURT inside // [En cours] Mar 2 Déc - 7:37

I'm so sorry >^< !
J'étais vachement préoccupée par une histoire IRL, et même si je passais assez souvent ici pour relire le contexte et tout afin de continuer ma fiche (car j'écris souvent beaucoup dans ma présentation...), j'ai pas pu finir.
Bref, maintenant c'est passé. (je crois)

Donc je pourrais finir ma présentation dans peu de temps. (et si c'est pas le cas, je préviendrais. =I)

Forgive me please T^T
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 94
Date d'inscription : 26/10/2014
Age : 32

Identité
Numéro-Power: A-100
Pouvoir: Air [contrôle des tornades]
Inventaire:
MessageSujet: Re: \\ And I like the way you HURT inside // [En cours] Mar 2 Déc - 21:14

D'accord, pas de soucis ! T'inquiète pas, c'était juste pour savoir si tu avais des problèmes ou non du coup pour avancer ♥
Je t'accorde évidemment quelques jours de plus :33 N'hésite pas à nous parvenir l'avancement de ta fiche !

○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: \\ And I like the way you HURT inside // [En cours]

Revenir en haut Aller en bas

\\ And I like the way you HURT inside // [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Element's Nation :: Who are you ? :: Les présentations-